Auderghem

Question FAPEO : 1. Quelle(s) demande(s) exprimée(s) dans ce mémorandum ne rencontre(nt)pas votre approbation et pourquoi ?

Pas de réponse.

Question FAPEO : 2. Parmi les demandes déclinées en 4 thèmes dans ce mémorandum, quelles actions prioritaires retenez-vous pour votre projet de déclaration de politique générale communale ?
 
Réponse :
1) Les parents, des acteurs et partenaires reconnus à tous les niveaux. Actions prioritaires :

Les conseils de participation – brede school : nous voulons des écoles ouvertes sur le monde, sur leur quartier, sur les familles des élèves et ouvertes à la participation des élèves. Nous avons donc contesté partout la persistance inutile ou le renforcement des mesures qui empêchent les parents d'entrer dans les écoles adoptées suite aux attentats. Nous voulons que les parents se sentent accueillis aussi dans les écoles et puissent dialoguer avec les enseignants et équipes pédagogiques.

Nous voulons que les parents puissent participer à la vie des écoles. Que tout soit mis en œuvre pour encourager la création d'associations de parents, les rencontres entre parents, le fonctionnement des conseils de participation…

2) Santé, hygiène, bien-être et climat scolaire. Actions prioritaires :

Nous voulons que les élèves aussi participent à la vie de leur école, dès le plus jeune âge (et de manière adaptée bien sûr). Nous voulons une démocratie scolaire : l'école ne doit pas qu'enseigner la démocratie, elle doit aussi l’incarner.

 

Nous voulons des cantines scolaires de qualité et peu chères. Tous les arguments sont dans la résolution accessible ici (à adapter à votre réalité locale) : https://ecolo.be/100-bio-cantines-scolaires-ouvrons-debat-de-transition-ecologique-de-lalimentation/

 

3) Infrastructures dans et autour de l’école. Actions prioritaires :

Qualité de l'air dans les écoles : nous sommes particulièrement attentifs aussi à la consommation énergétique des écoles et à la qualité de construction-rénovation de celles-ci. Nous faisons particulièrement attention au bruit et à la qualité de l'air. Sur ce dernier point on peut rappeler toutes nos mesures No2pollution : nous voulons donc au maximum éloigner la circulation automobile de devant les écoles, verduriser les alentours et les cours de récréation, et apporter une attention particulière à la construction, à la rénovation et à l'entretien des écoles.

 

Nous voulons privilégier au maximum les déplacements vers l'école à pied, en trottinette, en transports en commun, à vélo pour des raisons de sécurité, de santé, de qualité de l'air, de décongestion… Il faut des rangs scolaires à pied ou à vélo/trotinette, des parkings vélo/trotinette, éloigner les voitures de devant les écoles...

4) Fonctionnement de l’école. Actions prioritaires

Notre première priorité est de proposer des places et des places de qualité en maternelles.

Nous voulons améliorer l’accessibilité ET la qualité de ces places : créer des places, faciliter les démarches d'inscription, garantir la gratuité, prévoir des repas/collations/soupes sains, diminuer le nombre d'élèves par instit (surtout en classe d'accueil!!!), améliorer les garderies et diminuer leur coût, permettre aux enfants de jouer dehors et de découvrir tant que possible la nature, proposer aux enseignants des formations pour mieux connaître et accueillir la diversité des élèves et des familles, mettre l'accent sur la sociabilisation et la communication par le jeu et au rythme des enfants…

 

Notre deuxième priorité est le bilinguisme : essentiel à Bruxelles. Il est absurde qu'alors que les deux communautés co-existent à Bruxelles, tous les enfants bruxellois ne soient pas bilingues fr/nl à la sortie de l'école. Concrètement, au niveau communal nous souffrons évidemment aussi de la pénurie de profs de néerlandais, mais nous privilégions (ecolo-groen) au maximum les collaborations entre écoles francophone et néerlandophone et la création d'écoles néerlandophone.

La pénurie d'enseignants est aussi un dossier qui nous tient fort à cœur (https://ecolo.be/penurie-denseignants-ecolo-avance-trois-pistes-concretes/)

Au niveau communal, ce qui peut et doit être fait, c'est un meilleur accueil des jeunes enseignants dans les écoles, puisqu'on sait que près de la moitié des jeunes enseignants abandonnent la fonction dans les premières années. Ça peut passer par des choses très concrètes : parrainage, mentorat, groupes de paroles entre pairs et avec enseignants plus chevronnés, une bonne visite de l'école et de ses habitudes…

La gratuité de l’école est un enjeu important, elle relève avant tout d'une obligation de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Nous nous y battons tous les jours pour la mettre en œuvre et venons de déposer un décret en ces sens (Cfr communiqué ecolo du 22 août 2018). Au niveau communal, de nombreux leviers peuvent également être actionnés : soupes voire repas gratuits (au moins en maternelles), garderies, matériel scolaire, groupes d'achat, récupération de matériel scolaire, limitation des frais de classes vertes...

Nous souhaitons que les enseignants des écoles d’Auderghem soient outillés en terme de connaissance et gestion de la diversité des élèves qu'ils accueillent et de la diversité des familles.

Nous voulons que les équipes pédagogiques, en bonne collaboration entre eux et avec leur PO, leur direction et les parents, mettent en place des projets pédagogiques innovants et émancipateurs pour les élèves (ex. école du Tivoli à Laeken où le porte-folio a remplacé les bulletins).

 

DASPA (dispositif de scolarisation et d'accueil des primo-arrivants) : nous sommes évidemment pour leur développement et la qualité de l'accueil des migrants. Nous avons porté dans de nombreuses communes et au parlement de la FWB la motion « commune hospitalière », nous voulons donc que les enfants des migrants soient accueillis et bien accueillis dans nos écoles, comme il se doit, qu'il y ait un dispositif daspa ou pas (intégration avec soutien spécifique). Nous voulons aussi que la stib n'effectue pas de contrôle des billets de leurs parents sur le chemin de l'école.

Question FAPEO : 3. Si vous êtes élu(e), quel modèle de dialogue et de concertation avec les parents d’élèves mettrez-vous en place ?

Réponse :

 

Les conseils de participation – brede school : nous voulons des écoles ouvertes sur le monde, sur leur quartier, sur les familles des élèves et ouvertes à la participation des élèves. Nous avons donc contesté partout la persistance inutile ou le renforcement des mesures qui empêchent les parents d'entrer dans les écoles adoptées suite aux attentats. Nous voulons que les parents se sentent accueillis aussi dans les écoles et puissent dialoguer avec les enseignants et équipes pédagogiques.

Nous voulons que les parents puissent participer à la vie des écoles. Que tout soit mis en œuvre pour encourager la création d'associations de parents, les rencontres entre parents, le fonctionnement des conseils de participation…

Question FAPEO : 4. Quelle est votre vision pour construire un enseignement communal de qualité et pour tous ?

Réponse :

 

Nous confions à l'école un rôle immense. Nous plaçons entre ses mains nos enfants, leur avenir et par là même, l'avenir de notre société.

Le rôle de l’école est de former les citoyen·nes de demain, des citoyens autonomes, responsables, conscients de leur environnement et du rôle qu'ils ont à jouer dans la société. Il s'agit donc avant tout de maintenir ardent le désir d'apprendre des enfants et de développer leur confiance en leur propres capacités, de leur transmettre des clefs pour lire le monde, le plaisir de chercher, d'explorer, de se tromper, d'inventer et d'apprendre toute leur vie.

 

Sans un soutien structurel aux écoles, les inégalités déjà trop présentes continueront de se creuser. C’est vers un enseignement coopératif et adapté à chaque enfant que nous devons évoluer. C’est en relayant des projets pensés et choisis par les acteurs de terrain (tant les enseignants que les parents et les enfants eux-mêmes) en fonction de leur réalité que l’école répondra à ses objectifs prioritaires : offrir à chaque enfant la possibilité de se créer, se construire et d’ouvrir ses horizons. Pour Ecolo, garantir le choix des possibles et l’émancipation sociale par l’école n’est pas une utopie.

 

L'idée centrale de notre groupe ECOLO-Groen Auderghem est de mettre les enfants au centre de l'école. Nous voulons que chaque enfant ait une scolarité heureuse et épanouie, qui lui ouvre divers horizons et lui permette de découvrir et développer ses talents. Pour cela, nous voulons mettre le paquet sur la qualité de l'accueil de tous les enfants et en priorité les plus jeunes, parce qu'investir dans l'accueil des tous petits est l’investissement public le plus intéressant pour l'avenir de notre société.