Fonctionnement de l’école

Un véritable cri du cœur des parents :  l’absentéisme des enseignants et les effets que cela engendre sur les apprentissages. Les parents, majoritairement dans l’enseignement secondaire, font état de « trou » dans la scolarité de leurs enfants. Certains parents peuvent pallier ces manques (cours particuliers ou compétences parentales), d’autres se sentent complètement démunis et craignent pour la suite du parcours scolaire. Les inégalités sociales accentuent l’impact d’une scolarité discontinue. Effectivement, les absences des enseignants engendrent un retard dans la matière qui est souvent compensé lors du retour de l’enseignant ou de son remplacement par une course au programme, ce qui renforce pour certains les difficultés d’apprentissage. Dans l’enseignement fondamental, il n’est pas rare que l’enseignant en charge de la remédiation prenne en charge une classe faute de remplaçant. Cette situation est intolérable pour les élèves en difficulté. De nombreux enseignants ne viennent pas de Bruxelles et ne connaissent pas la réalité des enfants de l’école, cette situation engendre bien souvent une incompréhension et une très mauvaise communication entre les parents et l’école. Globalement, les parents dénoncent une politique désastreuse en matière de soutien aux élèves en difficulté. Les parents se posent la question de la cohérence entre les projets d’établissement « vendus » aux parents lors de l’inscription et les faits au quotidien. Ils pointent, pour certains, un enseignement dépassé qui manque de dynamisme et d’innovations.    

La question des frais scolaires a aussi largement été soulevée, les parents sont demandeurs d’une clarification et d’une réflexion autour de cette question. 

Les parents demandent :
  • Un renforcement de la formation théorique sur la question des inégalités sociales et scolaires et les risques de décrochage scolaire liés à la pratique massive du redoublement.

  • Une politique volontariste en matière d’inclusion des enfants à besoins spécifiques.

  • La mise en place des aménagements raisonnables dans toutes les écoles.

  • Une solution urgente sur le remplacement des enseignants que ce soit en interne à l’école ou en envisageant au niveau des PO une réserve « volante » pour les remplacements.

  • Une évaluation de la pénurie d’enseignants en terme d’impact sur la scolarité des élèves.

  • Un réel pilotage des PO en matière de frais scolaires : Faut-il par exemple inscrire dans les projets d’établissement des voyages scolaires onéreux obligatoires ?

  • La mise en place par les PO d’un système d’achat groupé.

  • Une attention particulière pour l’enseignement du français et du français comme langue étrangère (FLE).

  • Une attention particulière pour l’enseignement de la seconde langue (néerlandais). Que chaque élève sorte au moins bilingue fonctionnel de l’enseignement afin de lui garantir une insertion professionnelle dans le contexte bruxellois.

  • Un plan de lutte contre les inégalités dans l’apprentissage de la seconde langue (néerlandais).

  • De garantir l’accès à l’école aux enfants en situation irrégulière (migrants, MENA, gens du voyage...).