Saint-Gilles

Question FAPEo : 1. Quelle(s) demande(s) exprimée(s) dans ce mémorandum ne rencontre(nt)pas votre approbation et pourquoi ?

Réponse: Aucune :-)

Question FAPEO : 2. Parmi les demandes déclinées en 4 thèmes dans ce mémorandum, quelles actions prioritaires retenez-vous pour votre projet de déclaration de politique générale communale ?
1) Les parents, des acteurs et partenaires reconnus à tous les niveaux. Actions prioritaires :

Réponse :

 

Nous voulons garantir l’ouverture des écoles aux parents et au quartier où elles sont implantées, notamment sur le modèle des «bredescholen». Nous voulons des écoles ouvertes sur le monde, sur leur quartier, sur les familles des élèves et ouvertes à la participation des élèves. Nous avons donc contesté partout la persistance inutile ou le renforcement des mesures qui empêchent les parents d'entrer dans les écoles adoptées suite aux attentats. Nous voulons que les parents se sentent accueillis aussi dans les écoles et puissent dialoguer avec les enseignants et équipes pédagogiques.

Nous voulons que les parents puissent participer à la vie des écoles. Que tout soit mis en œuvre pour encourager la création d'associations de parents, les rencontres entre parents, le fonctionnement des conseils de participation…

Nous voulons que les élèves aussi participent à la vie de leur école, dès le plus jeune âge (et de manière adaptée bien sûr). Nous voulons une démocratie scolaire : l'école ne doit pas qu'enseigner la démocratie, elle doit aussi l'incarner..

2) Santé, hygiène, bien-être et climat scolaire. Actions prioritaires :

Réponse :

 

Les repas scolaires pour les écoles communales de Saint-Gilles représentent un énorme marché: 7 écoles communales, plus de 54.000 repas chauds et 12.000 soupes par an… soit un coût de plus de 380.000 €/an, en augmentation constante. Les écologistes ont obtenu des améliorations dans le cahier des charges, mais c’est clairement insuffisant. Il faut renforcer le pourcentage de produits bio, locaux et équitables, la lutte contre les déchets, diminuer le grammage de viande et disposer d’une offre végétarienne, tout en préservant l’accessibilité financière des repas (cf. partie du programme sur l’alimentation durable).

- Inciter les écoles non communales saint-gilloises à rejoindre le marché public pour les cantines avec cahier de charges et clauses «durables».

- Garantir dans chaque école l’accès gratuit des élèves à de l’eau potable.

- Soutenir la mise en place de potagers, de jardins et d’arbres fruitiers dans les écoles, quand c’est possible, en partenariat avec des associations spécialisées.

- Mesurer et améliorer la qualité de l’air dans toutes les écoles de Saint-Gilles en protégeant les abords d’école des voitures, au profit des déplacements à pied, à vélo, en transports en commun, en trottinette. Organiser des rangs scolaires à pied et à vélo, proposer aux élèves de passer le brevet de cycliste (cf. partie du programme sur la mobilité).

- Développer et systématiser des animations EVRAS (Éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle) dès le plus jeune âge et une prévention et sensibilisation au harcèlement sexuel et à l'usage des réseaux sociaux.

Plus spécifiquement en matière de mobilité (qui influe sur la qualité de l'air et de manière directe sur la santé des enfants) :

 

- Impliquer les élèves et l’équipe éducative dans l’analyse des besoins et possibilités en matière de mobilité.

- Mettre en place des déplacements collectifs en inter-réseaux : covoiturage, rangs scolaires par quartier, apprentissage du vélo et trajets en groupe (ramassage scolaire à vélo avec guide par quartier).

- Poursuivre la sécurisation des abords des écoles.

- Instaurer le passage du «Brevet du cycliste» pour toutes les classes de 5e et 6e primaires.

- Prévoir un parking vélos suffisant dans chaque école (prévoir des parcours cyclables plus sécurisés et menant vers les écoles).

 -Afin d’améliorer la qualité de l’air autour des écoles, développer le principe de «rues scolaires» ou «rues écoles»qui consiste à fermer à la circulation les abords de l’école au début et à la fin des cours. Le faire en concertation avec les pouvoirs organisateurs, directions d’écoles, riveraine·s et usager·ère·s (cf. programme mobilité pour davantage de propositions pour une meilleure qualité de l’air dans et autour de nos écoles).

3) Infrastructures dans et autour de l’école. Actions prioritaires :

Réponse :

 

Nous sommes particulièrement attentifs aussi à la consommation énergétique des écoles et à la qualité de construction-rénovation de celles-ci (ex. à schaerbeek projet Van Oost ou à Jette Arbre Ballon : bâtiments exemplaires).

Nous faisons particulièrement attention au bruit et à la qualité de l'air. Sur ce dernier point on peut rappeler toutes nos mesures No2 pollution et notre soutien évident à Filter cafe filtre : nous voulons donc au maximum éloigner la circulation automobile de devant les écoles, verduriser les alentours et les cours de récréation (comme à paris où on « débitume » les cours d'écoles aussi en lien avec canicule), et apporter une attention particulière à la construction, à la rénovation et à l'entretien des écoles.

4) Fonctionnement de l’école Actions prioritaires :

Réponse :

 

- Des places et des places de qualité en maternelles : notre première priorité.

Nous voulons améliorer l’accessibilité ET la qualité de ces places : créer des places, faciliter les démarches d'inscription, garantir la gratuité, prévoir des repas/collations/soupes sains, diminuer le nombre d'élèves par instit (surtout en classe d'accueil!!!), améliorer les garderies et diminuer leur coût, permettre aux enfants de jouer dehors et de découvrir tant que possible la nature, proposer aux enseignants des formations pour mieux connaître et accueillir la diversité des élèves et des familles, mettre l'accent sur la sociabilisation et la communication par le jeu et au rythme des enfants…

 

- Remédier à la pénurie d'enseignants : https://ecolo.be/penurie-denseignants-ecolo-avance-trois-pistes-concretes/ Au niveau communal, ce qui peut et doit être fait, c'est un meilleur accueil des jeunes enseignants dans les écoles, puisqu'on sait que près de la moitié des jeunes enseignants abandonnent la fonction dans les premières années. Ca peut passer par des choses très concrètes : parrainage, mentorat, groupes de paroles entre pairs et avec enseignants plus chevronnés, …

 

- Gratuité : elle nous tient énormément à coeur. La gratuité relève avant tout d'une obligation de la FWB. Nous nous y battons tous les jours pour la mettre en œuvre et venons de déposer un décret en ce sens. Cfr. communiqué Ecolo du 22 août 2018. Au niveau communal, de nombreux leviers peuvent également être actionnés : soupes voire repas gratuits (au moins en maternelles), garderies, matériel scolaire, groupes d'achat, récupération de matériel scolaire, limitation des frais de classes vertes…

 

- Formation continue : nous souhaitons que les enseignants soient super outillés en terme de connaissance et gestion de la diversité des élèves qu'ils accueillent et de la diversité des famille

Question FAPEO : 3. Si vous êtes élu(e), quel modèle de dialogue et de concertation avec les parents d’élèves mettrez-vous en place ?

Réponse :

 

- Une consultation périodique des associations de parents et une disponibilité complète à leurs questions et demandes, de manière identique pour toutes les écoles communales de Saint-Gilles, avec une attention particulière pour celles qui ne disposent pas d'associations de parents et les parents les plus éloignés des us et coutume de l'école

- Une redynamisation des conseils de participation qui se résument aujourd'hui à 2 réunions obligatoires et vivotent avec locaux à disposition, un horaire accessible pour les parents, un vrai ordre du jour

- Une communication claire vis-à-vis des parents sur les décisions du PO et leurs motivations (qui fait clairement défaut aujourd'hui) et si possible une consultation en amont des parents

Question FAPEO : 4. Quelle est votre vision pour construire un enseignement communal de qualité et pour tous ?

Réponse :

 

- Multiplier les projets pédagogiques innovants et mobilisateurs en bonne collaboration entre les enseignants et avec leur PO, leur direction et les parents (pédagogies actives, échanges linguistiques, potagers et classes dehors, éveil artistique, évaluation par porte-folio, …), en particulier dans les écoles accueillant les enfants les plus défavorisés.

- Intégrer une plage de 15 minutes de lecture par jour dans les écoles communales comme cela se pratique dans d’autres écoles.

- Garantir dans toutes les écoles organisées par la commune la plus haute qualité d’accueil en maternelles, notamment et prioritairement en classe d’accueil, en limitant le nombre d’élèves par classe, en encourageant la formation continue des instituteurs et institutrices et en garantissant la présence sur chaque site d’un puériculteur ou d’une puéricultrice.

- Garantir l’ouverture des écoles aux parents et au quartier où elles sont implantées, notamment sur le modèle des«bredescholen». Ceci implique notamment que les parents puissent, après les cours et en dehors des études ou activités extra-scolaires organisées, venir chercher leurs enfants à l’heure qui leur convient.

- Garantir des écoles citoyennes et participatives, dans la vie desquelles les élèves et les parents peuvent s’impliquer. Veiller à tout le moins à la bonne organisation des conseils de participation.

- Offrir à tous les élèves, en particulier en maternelles, une bonne maîtrise de la langue de l’enseignement. Encourager le développement de classes d’accueil des primo-arrivants et l’accueil d’enfants migrants.

- Soutenir et accompagner finement les enseignant·e·s débutant·e·s de manière à éviter au maximum les situations de pénurie d’enseignant·e·s.

- Éviter les intrusions de la publicité dans la vie scolaire ainsi que les sollicitations commerciales et plus généralement de toute forme de promotion directe ou indirecte pour des entreprises privées.

- Bilinguisme : essentiel à Bruxelles. Il est absurde qu'alors que les deux communautés co-existent à Bruxelles, tous les enfants bruxellois ne soient pas bilingues fr/nl à la sortie de l'école. Concrètement, au niveau communal nous souffrons évidemment aussi de la pénurie de profs de néerlandais, mais nous privilégions (Ecolo-Groen) au maximum les collaborations entre écoles fr et nl et la création d'écoles nl (ex projet Van Oost à Schaerbeek qui est un projet Ecolo-Groen avec construction de deux écoles communales fr et nl sur le même site avec infrastructures partagées)

- Favoriser l’immersion linguistique dans les écoles: en 2012, la commune a introduit un enseignement par immersion à l’École des 4 saisons. Nous proposons d’en faire une évaluation pour voir si ce projet peut ou doit être promu dans d’autres écoles communales.

Une école comme lieu d’égalité et de citoyenneté active

- Renforcer la remédiation scolaire.

- Veiller à ce que les enseignant·e·s soient formé·es à la détection précoce des troubles et difficultés d’apprentissages et à la remédiation ainsi qu’à la prise en compte des problématiques familiales graves (y compris les cas de violences familiales), dans un souci d’écoute et de prévention.

- Tenir compte des difficultés d’apprentissage des élèves issus de familles défavorisées ou dont la langue d’usage au domicile familial n’est pas celle utilisée à l’école.

- Développer des études dirigées dans toutes les écoles.

- Favoriser la création d’écoles de devoirs et les soutenir, notamment via la formation des personnes amenées à y encadrer les élèves et un travail en étroite collaboration avec les écoles.

- Lutter contre le décrochage scolaire dès le plus jeune âge en collaborant avec les parents et les acteurs de terrain (éducateurs de rue, service jeunesse de la commune, CPAS, associations spécialisées, Maison Médicale, …).

- Sensibiliser et former le personnel scolaire aux besoins spécifiques d’enfants porteurs d’un handicap et développer l’inclusion des enfants en situation de handicap.

- Inciter les écoles à être proactives sur les questions d’interculturalité et de diversité: actions de sensibilisation, information.

- Lutter contre les stéréotypes liés au genre (y compris l’orientation sexuelle ou l’identité de genre): formation des enseignant·e·s, campagne de sensibilisation.

- Accueillir des classes Daspa (dispositif de scolarisation et d'accueil des primo-arrivants) : nous sommes évidemment pour leur développement et la qualité de l'accueil des migrants. Nous avons voté à Saint-Gilles la motion « commune hospitalière », nous voulons donc que les enfants des migrants soient accueillis et bien accueillis dans nos écoles, comme il se doit, qu'il y ait un dispositif DASPA ou pas (intégration avec soutien spécifique). Nous voulons aussi que la STIB n'effectue pas de contrôle des billets de leurs parents sur le chemin de l'école.